EXIL
vu par Claude Samuel

Nous sommes dans la tragédie.  Celle de l’histoire de l’humanité, un fragment de la nuit des temps ou zapping de notre actualité, l’actualité des peuples migrants. De l’homme en masse mouvante, de la multitude composée d’humanité singulière. Il s'agit ici, contrairement à ses travaux antérieurs, de se situer sur un seul et même plan, enlevant tout relief pour pouvoir se situer essentiellement au niveau de l'esprit.
Dans cette nouvelle série, l’artiste utilise des encres uniquement, comme pour relier le dessin à l’écriture.  Pour cela, deux techniques différentes sont mises en jeu : de grands traits épais, sombres ou éclatants, recouvrant une grande partie de la surface, face à des dessins d'une grande finesse rassemblant une multitude fuyante, parfois, dans cette multitude surgit l’ombre d’un être fantastique, d’un monstre.
 
Une rencontre choc d'un micro univers face à une colère naturelle qui pour certains pourrait être divine. On y voit aussi une réelle mise en perspective du commandement, du pouvoir totalitaire provoquant une lutte sans merci.
Les dernières œuvres de Lahcen Khedim relient les origines au présent, par une démarche de grande libération tant sur le plan esthétique qu'au niveau du sens contenu à travers elles.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
Exil #740

encre, encre acrylique , sur carton blanc brillant/80 x 120 cm/ 2019